Les bioplastiques sont de plus en plus présents dans notre quotidien : que ce soit sous la forme de sachet fraîcheur pour les fruits et légumes dans le commerce, de fibre textile dans nos vêtements ou encore comme matériaux composites dans l’industrie. Mais qu’est-ce que c’est concrètement et quel est leur potentiel ?

 

Fabrication et provenance des bioplastiques

Il existe deux types de bioplastiques : les biodégradables et les bio-sourcés (fabriqués à partir de matière organique – pomme de terre, canne à sucre). C’est contre-intuitif mais tous les plastiques biodégradables ne sont pas nécessairement d’origine végétale : tel est le cas du polycaprolactone (PCL).

 

Voici un exemple de différents bioplastiques :

Tableau sur la composition des différents bioplastiques
Liste de bioplastique proposée par Consoglobe

 

Les bioplastiques en principe ont un bilan carbone neutre, c’est à dire que les végétaux utilisés vont restituer, en étant transformé, le CO2 qu’ils auront capté par photosynthèse. Cependant la fabrication du bioplastique (machines, énergie) et l’agriculture (engrais, découpe) génère du CO2 supplémentaire rendant ce bilan malheureusement positif comme toute transformation faite par l’Homme.

 

Les utilisations et améliorations connues pour les bioplastiques

Le volume de production des bioplastiques double tous les ans et est appelé à continuer de croître grâce aux recherches continues dans ce domaine, au changement de mentalité des consommateurs et à l’édiction de nouvelles normes législatives qui exigent que de plus en plus d’efforts soient faits par les industriels en matière environnementale.

Les débouchés pour le recyclage des bioplastiques augmentent également :

  • Emballages
  • Automobile
  • Imprimante 3D
  • Sutures médicales
  • Contenants plastiques (tubes)
  • Tuyaux

Pour autant, les bioplastiques coûtent plus cher que le plastique fait à partir d’énergie fossile et la matière obtenue est plus difficile à travailler pour les industriels car plus collantes sur les machines.

Sac plastique dans un buisson

L’impact des bioplastiques sur l’environnement

 

L’impact des bioplastiques sur la production totale de plastique

En 2014, les bioplastiques ne représentaient que 0,4% des plastiques utilisés dans le monde (tout usage compris). Il a aujourd’hui été estimé que 90% des plastiques seraient remplaçables par des bioplastiques. Or, les plastiques représentent 8% de la production mondiale de pétrole. Remplacer au maximum les plastiques par des polymères biosourcés permettrait ainsi de baisser la consommation de pétrole de 7%, soit 22 milliards de tonnes de plastique.

 

L’impact des bioplastiques sur l’utilisation des terres arables

Concernant les bioplastiques bio-sourcés, il faut savoir d’abord que les matières premières utilisées (pomme de terre, blé) consomment beaucoup d’eau et leur production se fait communément à grand renfort de pesticides et d’engrais (et d’OGM si la production n’est pas française). A l’heure actuelle, c’est 0,02 % des terres que la production de bioplastique utilise. La question est : la production va-t-elle augmenter au point d’entrer en concurrence avec les besoins en terres arables pour la consommation humaine ? Une solution consiste à développer d’autres types de plastiques bio-sourcés que ceux à base de produits alimentaires dits de première génération. En effet, il y a les bioplastiques de seconde et troisième génération dont les matières premières sont les micro-algues, les levures et micro-organismes, les déchets…

 

L’impact des sacs composés de bioplastiques sur le compost

Les sachets fraîcheur du supermarché dits biodégradables le sont en vérité dans des composteurs industriels : le Label OK Compost garantit que 90% du sac se dégrade en 6 mois dans un compost industriel, après lavage. Les sacs composés de bioplastiques peuvent mal se dégrader dans des composts individuels, il est ainsi déconseillé d’agir ainsi, mais tout dépend de la constitution du sac, du compost…

 

Conclusion sur l’avenir des bioplastiques

Les bioplastiques font l’objet d’un intérêt nouveau, et c’est une bonne chose dans le sens où ils diminuent le rejet des gaz à effet de serre causé par l’extraction de pétrole pour le plastique conventionnel.

Mais ne perdons pas de vue deux choses. La première est que les bioplastiques utilisent pour beaucoup des additifs contenant du pétrole (voir tableau plus haut), que la culture des agro-ressources se fait avec engrais, pesticides et en monoculture et que tous les sacs composés de bioplastiques ne se compostent pas toujours au mieux. Toutefois, les bioplastiques restent très clairement un moindre mal face à la pétrochimie en terme de carbone et sont en voie pour de nouvelles innovations. La seconde chose à retenir pour nous, consommateurs, seulement concernés par les bioplastiques sous leur forme de sachet pour les fruits et légumes est : le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Mieux vaut un sac réutilisable.

Math
Défi Futurable !

→ Emporte toujours avec toi un tote bag et des sacs en tissu réutilisables

Sources :

Techniques de l’ingénieur, « Les bioplastiques représentent une vraie alternative« , 2010, en ligne.

HAL, « Les bioplastiques remplaceront-ils les dérivés du pétrole ?« , Patrick Navard, 2014, en ligne.

Le Parisien, « Bioplastiques : une alternative au sac de caisse jetable ?« , 2015, en ligne.

ConsoGlobe, EncycloEcolo, « Bioplastiques« , accessible ici.

NaturePlast, « Bioplastiques : évolution du marché 2017-2022« , en ligne.

HMF ENSEEIHT, « Les Bioplastiques« , en ligne.

Page Wikipédia de l’Acide polylactique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *