EN BREF
Ce qu’on fait :

Nous nous contentons de ce que l’on voit et de ce que l’on a toujours connu, nous repoussons sans cesse le voyage et l’engagement en attendant que la société s’améliore.

En quoi est-ce négatif ?

A rester trop longtemps dans sa zone de confort, nous perdons de vue la réalité des enjeux actuels et glissons vers l’inaction.

Et si…

Nous tentions d’inverser la tendance en nous ouvrant à d’autres expériences afin de porter un oeil neuf sur le monde ?

Comment ?

En s’engageant dans un projet de volontariat international.

Et concrètement, qu’est ce que cela apporte ?

Il y a une multitude d’avantages grâce à la variété des projets possibles, à commencer par une ouverture d’esprit accrue, une sensibilisation plus forte aux problématiques sociales et environnementales actuelles, sans parler de la débrouillardise et du sens des responsabilités.

Défis Futurable !

→ Fais un tour sur les sites web d’associations spécialisées (telles que le Service Volontaire International)
→ Analyse tes envies/besoins et regarde quel type de volontariat pourrait te convenir

ARTICLE COMPLET

Deux jeunes filles souriant à pleines dents dans une salle de classe

Partir 2 semaines, 3 mois, 6 mois… Au Népal, en Estonie, à Madagascar ou encore en Equateur… participer à des chantiers de reconstruction, animer des activités scolaires en anglais,pour prendre soin d’animaux en refuges… Qui n’a jamais rêvé d’allier l’utile à l’agréable ? De voyager en allant voir plus loin que la superficialité du tourisme “classique” ? S’engager dans une association de volontariat, c’est une expérience de vie sans pareil, on t’explique pourquoi ! 🙂

Citoyenneté et interculturalité

La sensibilisation aux enjeux sociaux et environnementaux, le dialogue interculturel ou encore la solidarité figurent en tête de la liste des valeurs véhiculées par le volontariat. Celui-ci participe au développement personnel des volontaires, c’est un pas de plus pour devenir des citoyens actifs et solidaires.
Le volontariat international n’est pas une fin en soi, mais plus une sorte d’“école” de la citoyenneté qui doit permettre de prolonger cet engagement au retour de son projet, que ce soit à l’étranger ou localement, en devenant membre d’une association étudiante par exemple ! De plus, il favorise la mixité sociale et initie à la vie en communauté (parfois plus compliquée qu’elle n’en a l’air…).

Le volontariat, de par les rencontres qu’il génère, permet aussi de dépasser le sempiternel clivage entre pays du Nord et du Sud, que ce soit entre les personnes ou entre les associations. En effet, l’idée est de ne pas être dans la position de l’occidental tendant la main à des personnes en difficultés, mais de créer une relation d’égal à égal où chacun apprend de l’autre. C’est une formidable porte d’accès à des échanges culturels inoubliables, une occasion de tisser des liens extraordinaires.

Est-ce pour toi ?

Pour choisir un chantier international, de court ou long terme dans un pays proche ou lointain, il faut tenir compte de nombreux facteurs : la motivation et l’expérience, le temps que tu as et l’état de tes finances. Bien choisir son projet est essentiel.

Il est très important d’évaluer tes motivations réelles avant de partir, car trop idéaliser le volontariat international, sous-estimer les difficultés ou surestimer tes propres capacités d’adaptation risquent de te faire revenir déçu.e… L’intérêt réel que tu portes au projet est capital. Le désir de partir, de découvrir, de mieux se connaître etc., est toujours fortement présent chez tous les volontaires. C’est ce désir qui donne l’impulsion de partir, de se mettre en mouvement, et tant mieux ! Partir ainsi, c’est avant tout pour soi.

Il en va de même pour le temps dont tu disposes : es-tu prêt.e à partir six mois dans une culture fondamentalement différente ? Préfères-tu au contraire un chantier européen court pour commencer ? Rappelle toi aussi que le volontariat est souvent autofinancé, et qu’il peut donc représenter un certain coût selon ce que tu choisis, même si certains sont gratuits. En effet, de nombreuses associations locales ne bénéficient pas de subventions (c’est donc ce que tu payes qui finance leurs actions et leur fonctionnement), et ils se chargent de ton logement et ta nourriture.

Un dizaine d'enfants levant les mains en l'air, entourant la bénévole en souriant

Gare au volontourisme !

Comme bien souvent malheureusement, les initiatives altruistes qui attirent du monde sont reprises par des entreprises dans un but lucratif. C’est ce à quoi nous assistons depuis plusieurs années, avec l’arrivée d’un secteur en pleine expansion, celui du tourisme humanitaire ou volontourisme. Pour arriver à leurs fins, ces entreprises utilisent les méthodes commerciales sous couvert de l’image du volontariat international afin de générer du profit sur la misère et la détresse, mais aussi sur la bonne volonté et sentiment de culpabilité de leurs clients, car oui, cela rapporte… Tu pourrais par exemple construire une “école” qui seront démolie à ton départ, pour que les prochains recommencent, croyant bien faire. Ou encore, soutenir un orphelinat… sans orphelins, mais avec des enfants dont les parents sont payés pour les laisser là, dans le meilleur des cas, voire arrachés à leur famille…

Elles transforment ainsi les pays pauvres en un immense parc d’attractions où illusions et bons sentiments riment avec profits. Le volontourisme encourage le cliché de voyageurs revêtant le costume du « sauveur occidental » pour aller tendre la main aux populations en détresse. Ces agences de voyage organisent dès lors leurs projets, non pas en fonction des besoins des populations locales, mais bien de l’offre et de la demande qu’elles reçoivent, tout en répondant aux fantasmes des volontouristes. Ceux-ci débourseront entre 1000 et 2000€, transport non-compris, pour 2 semaines de volontariat dans un pays en voie de développement, alors que l’association d’accueil n’en percevra qu’une infime partie.

Si tu souhaites partir t’engager en volontariat international, privilégie le milieu associatif : les agences de voyages n’ont évidemment rien à faire dans le secteur de la solidarité, celle-ci n’étant ni une attraction touristique ni une source d’enrichissement ! Les associations compétentes proposent des partenariats créés d’égal à égal avec les acteurs locaux qui connaissent la réalité et les besoins éventuels du terrain.

Alors, si tu te sens concerné.e par ce type d’engagement, bouscule tes horizons et fonce !!! Il n’y a que du bien à en retirer 😉

Celia
Sources

Site du Service Volontaire International

Site de Jeunesse et Reconstruction

Site du CISV France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *